Welcome! Anonymous

Livre "Le Guide de l'accouchement Naturel", Ina May Gaskin

Textes, articles, études, etc...venez y poster toutes les infos sur l'AVAC que vous trouverez

Modérateurs: skeivy, Robine, Mariposa, Karine

Livre "Le Guide de l'accouchement Naturel", Ina May Gaskin

Messagepar Misscell » 12 Juin 2012, 13:09

Tout d'abord cet article est incomplet et très mal mis en page, je reviendrai dessus.


Voici un résumé de ce livre, que j'ai lu en anglais (Ina May's Guide to Childbirth)
ed Vermilion
copyright 2003

Sorti récemment en Français, mamaeditions.com
mars 2012

Tout d'abord une brève présentation de son auteur : Ina May Gaskin est une sage-femme américaine. Elle a commencé lorsque son mari et elle ont créé une communauté, en 1971, appelée "The Farm". Elle a rapidement assisté à des accouchements, a appris ce beau métier sur le terrain. Elle reçoit tout de même la reconnaissance de ses pairs et des prix pour ses travaux. Ils ont une structure accueillant les naissances sur place.
Pour plus d'infos, voir son site web (en anglais) :
http://www.inamay.com/

Ce livre est fait en 2 grandes parties :
-des récits d'accouchements, souvent à domicile, très peu médicalisés ou uniquement quand nécessaire.
-la naissance "décortiquée"

Elle explique que, dans leur communauté, les femmes n'ont pas peur de l'enfantement. Elle précise que les hommes ne participent pas à la façon dont les femmes organisent la naissance des enfants, et ne leur dictent pas où ou comment leurs enfants doivent naître.

Quand elles ressentent de la peur, les femmes y ont la certitude que d'autres femmes de leur entourage, famille ou amis, y sont parvenues. En 2000, les accouchement qu'elles ont assisté ont eu des taux de césarienne de 1,4%, de forceps et ventouse de 0,05%.
Je précise que les citations entre guillements sont ma traduction, et que je ne suis pas interprète médicale. Mes commentaires personnels sont entre parenthèses et précédés d'astérisques : (*)
.
"La chose la plus importante que j'ai apprise est que notre attitude et la façon dont nous concevons la naissance a une importance primordiale"... "sans peur, sans hésitation, en sentant que vous pouvez le faire", où les complexes n'ont pas lieu d'être. Elle rappelle que chaque contraction rapproche le bébé de sa naissance.

Elle stipule que les récits de naissance de la première partie sont très différents de la plupart des naissances aux Etats-Unis, car dans leur communauté il y a un peu trop de joie, pas beaucoup d'extractions instrumentales, et beaucoup plus de sage-femmes présentes qu'à l'accoutumée dans le fonctionnement américain.
p.130 : "oui, il y a besoin d'hôpitaux et d'obstétriciens, mais les statistiques de The Farm montrent la faible fréquence de cette nécessité pour des femmes en bonne santé et préparées à la naissance."
p.131 : "notre corps doit travailler plutôt bien, sinon on ne serait pas tant d'humains sur la planète"

1- Le fort rapport entre le corps et l'esprit
Nommer ses peurs est important, car cela peut permettre de relâcher les muscles pelviens, en déchargeant des émotions qui gênent la bonne avancée du travail. Un environnement néfaste peut aussi faire stagner, ou même régresser le travail, elle a observé des cols qui se refermaient après s'être ouverts à moitié. Les femmes ont besoin d'être accompagnées sur ce chemin plus qu'elles n'ont besoin de médicaments. Ainsi, toutes les femmes n'ont pas le même corps, et pas le même potentiel pour donner la vie, tout comme de nombreux mammifères, car le corps des femmes n'est pas une machine. Ainsi, il est important de considérer cette naissance comme un événement positif.

2- Ce qui s'opère pendant le travail
Le travail se déroule en plusieurs étapes :
- première étape : l'ouverture du col
-2ème étape : la combinaison entre les contractions utérines et la pression des muscles abdominaux pousse le bébé à sortir, la gravité peut donc avoir un rôle important dans cette étape. La poche des eaux peut se rompre avant, pendant, ou même après la naissance, on l'enlève alors pour que le bébé prenne sa première inspiration. La rupture artificielle de la poche des eaux peut être dangereuse quand le bébé est encore trop haut, car il y a un risque de procidence du cordon.
-3ème étape : entre la naissance du bébé et l'expulsion du placenta.
-4ème étape : les 6 semaines qui suivent la naissance.

L'ocytocine est l'accélérateur du travail, l'adrénaline le frein... Ainsi, des femmes en travail peuvent d'un coup ne plus être en travail à partir du moment où elles entrent à l'hôpital. D'une manière opposée, une poussée d'adrénaline peut amener à un "réflexe d'éjection du foetus". Les endorphines sont, quant à elles, les opiacées naturelles. Dans un effort physique intense, les endorphines augmentent proportionnellement à l'effort, surtout quand on a assez chaud, que l'on se sent soutenue, et que l'on n'a pas peur. Elles bloquent la réception de la douleur.

Les sphincters se relâchent dans une atmosphère intime, ce qui n'est pas compatible avec le fait de recevoir des ordres ("poussez maintenant!!!"), et peuvent se refermer s'il y a une poussée d'adrénaline. Le fait de relâcher la mâchoire et la bouche peuvent aider à relâcher les sphincters.

3- Le rapport douleur - Plaisir
La douleur est une façon de voir le travail, d'autres cultures focalisent sur d'autres aspects. La douleur existe, mais ce n'est pas la chose principale. Quand une femme ressent de la peur et de la douleur durant le travail, des paroles rassurantes peuvent amener un flot d'endorphines, la douleur diminue, cela provoque du soulagement, donc encore des endorphines, vers lesquelles les femmes peuvent ensuite continuer le travail.
Certaines femmes parlent même de naissance orgasmique.
Les douleurs de la naissance ne sont pas comme les autres douleurs, car elles ne ressemblent en rien à quand on s'est blessé. D'ailleurs, elles n'abîment que rarement le corps. Ainsi, la naissance "moderne" (=médicalisée) peut engendrer plus de difficultés à s'occuper de l'enfant une fois qu'il est né, alors que la naissance sans intervention signifie souvent que les douleurs sont terminées une fois le bébé né.

4- La loi des sphincters
Beaucoup d'obstétriciens raisonnent selon la règle des "3Ps" : le Passager (le bébé), le Passage (pelvis + vagin), le Pouvoir (la force des contractions). Cette règle est souvent responsable des problèmes rencontrés durant le travail.
Une autre façon de voir les choses : la loi des sphincters. Ainsi, le travail peut stagner ou ralentir s'il manque de l'intimité, si la peur s'est invitée, si le néocortex est stimulé...
Les sphincters de l'expulsion et de la reproduction : Un exemple simple consiste à partir du principe qu'il n'est pas facile pour tout le monde d'uriner en public. Alors qu'il n'y a pas de souci à la maison. Ainsi, le facteur d'inhibition est à prendre en compte. Les sphincters fonctionnent mieux dans une atmosphère relaxante, libre d'inhibition. C'est par exemple pour cela que les toilettes publiques séparent les hommes des femmes, ou que l'intimité y est préservée par des murs et une porte qui ferme à clé.
Les muscles contrôlant l'ouverture du col et du vagin sont également des sphincters.
Les sphincters n'obéissent pas à des ordres, d'où l'inutilité de crier sur une femme en lui ordonnant de cesser de pousser.
Ils peuvent aussi soudainement se fermer quand la femme est surprise ou effrayée, on peut établir un parallèle avec la gazelle dans la savane qui, sur le point de mettre bas, peut inverser le processus de mise bas quand un prédateur apparaît.
La présence d'une personne inconnue et qui met mal à l'aise peut donc ralentir ou arrêter le travail.
Changer de position librement, se nourrir, la position debout, sont des éléments importants dans la capacité qu'a la femme à donner naissance.
Le rire libère des endorphines, et donc aide à ouvrir les sphincters. La respiration lente et profonde aide également cette ouverture.
Ainsi, lorsqu'un toucher (vaginal ou autre) est nécessaire, il est nécessaire que la personne demande la permission, et procède délicatement pour ne pas inverser cette dilatation.
Il semble y avoir une relation entre les sphincters et les mouvements de la bouche et de la gorge. En "imitant le cheval", il semble que cela aide à relaxer les sphincters. Cette technique serait également utilisée pour aider lors de règles douloureuses ou de douleurs liées à des hémorroïdes.

5- Ce qu'il faut savoir sur la grossesse et les soins prénataux.

2 modèles existent :
Le modèle axé sur l'humain, représenté surtout par les sage-femmes : centré sur la femme et sur ce qu'elle ressent, on part du principe que le bébé ressent ce que la mère reçoit. On considère que les interventions médicales sont inutiles sauf si elles s'avèrent nécessaires.
Le modèle médical, très technicisé, qui existe depuis presque 2 siècles. On considère alors que la grossesse et le travail doivent être traités comme des maladies, et que pour éviter les souffrances il faut impérativement traiter avec des médicaments et un équipement médical. Selon ce modèle, une fois le travail commencé, l'accouchement doit avoir lieu dans les 24heures suivantes.
Ainsi, beaucoup de sage-femmes travaillant en milieu hospitalier, il est probable que dans ces structures le modèle utilisé soit axé sur l'aspect médical. Le risque est que la présence de sage-femmes attire des femmes souhaitant être suivies par le premier modèle, et qu'elles soient face à des pressions constantes d'être suivies dans le cadre du second modèle.

Le rôle sous estimé d'une bonne alimentation :
Il est conseillé de s'alimenter en évitant ce qui n'est pas de la nourriture, comme les conservateurs et additifs, et d'une manière plus générale ce qui n'est pas produit par la nature. Ainsi, les pourcentages de complications sont plus faibles dans leur structure (The Farm) que dans les établissements plus classiques.

Les ultrasons
Il semble que les Etats-Unis ne contraignent pas les cabinets équipés à calibrer régulièrement leur matériel. ( * Il serait intéressant de voir ce qu'il en est en France?) L'utilité des ultrasons serait justifiée pour diagnostiquer si le foetus est vivant, son âge, le nombre de bébés, l'emplacement du placenta, la position du bébé ou sa croissance à 2 semaines d'intervalle.
La pelvimétrie comporte d'autres dimensions : les sage-femmes mesurent surtout cela manuellement, car les dimensions changent selon la position prise.
Le pelvis est composé de 4 os, liés par des ligaments et les articulations. La relaxine (hormone) relâche ces ligaments sur la fin de la grossesse, en préparation à la naissance, facilitant les mouvements les uns par rapports aux autres. Le pelvis, qui peut être légèrement rétréci lorsqu'on est allongée sur le dos, devient bien plus large lorsqu'on est à 4 pattes. Cela se sent même à mains nues, grâce à quelques excercices dans différentes positions.

La biopsie de throphoblaste (** terme à vérifier)
C'est une technique qui permet de tester les caractéristiques chromosomiques plus tôt que l'amniosynthèse, et qui est invasive. Elel peut causer des fausses couches et endommager le foetus.

L'amniosynthèse, ainsi que d'autres tests, y sont expliqués et décortiqués, avec leurs indications et leurs biais, notamment le test du diabète qui est qualifié comme manquant de fiabilité, le prélèvement pour vérifier la présence de streptocoque B, les injections en cas de rhésus négatif...
Le besoin du consentement éclairé y est rappelé, en précisant qu'il est parfois basé sur une information biaisée.

6 - Le travail (et protocoles associés selon l'endroit, ou : lesquels sont optionnels?)
-Travail ou pas travail? 4 ou 5 "faux-travaux" sont fréquents. Le travail semble parfois accélérer, surtout si on n'y prête pas attention. Cf. un exemple : faire un bras de fer entre les contractions (+ le "boost" de la victoire sur la confiance en soi).
-Déclenchement du travail.
Les raisons médicales le justifiant sont : le cancer, l'hypertension, le diabète, problème rénal, retard de croissance, baisse de niveau de liquide amniotique, mort in utero associé à un travail qui ne démarre pas spontanément (au bout de plusieurs semaines, pas quelques jours) => ces indications concernent moins de 10% des femmes, alors qu'un tiers des femmes aux Etats-Unis sont déclenchées. Les inconvénients de cette procédure sont listés, entre autres le risque de rupture utérine, ou la prématurité imprévue.
-Rupture de la poche des eaux.
Ceci augmente les risques d'infection intrautérine, et donne une limite de temps pour que le travail commence et que l'accouchement ait lieu. De plus, la procidence du cordon est un risque supplémentaire.
-IV de Pitocine
Cette procédure crée des risques de rupture utérine évalués entre 1 et 3%.
-Utilisation de prostaglandines :
Risque ici aussi de ruptures utérines.
Un paragraphe entier sur le Cytotec et ses risques.

Dans le modèle des sage-femmes :
En l'absence de signes de danger (baisse du liquide amniotique, troubles du rythme cardiaque foetal par exemple), il n'y a qu'une légère augmentation du risque de poursuivre une grossesse 2 semaines au-delà de la date prévue d'accouchement.
-Déclenchement du travail : les rapports sexuels (car le sperme contient une forte concentration naturelle de prostaglandines, qui peuvent lancer le travail, sans les inconvénients du déclenchement artificiel), stimulation mammaire (l'utérus se contracte lors de l'allaitement, et encore une fois pas d'effets indésirables), l'huile de castor (dans certains cas et uniquement avec supervision de la sage-femme), ou la rupture des membranes (ce qui peut accidentellement rompre la poche des eaux).

-Le monitoring ne semble pas avoir d'effet sur le taux de mortalité infantile. L'effet pervers est que les soignants peuvent interpréter certaines choses comme un signe de problème, alors qu'il n'y en a pas. Une bonne alternative, écouter régulièrement, surtout durant la poussée.

Les protocoles qui devraient systématiquement être refusés : Le rasage pubien par défaut, le lavement, interdiction de manger ou de boire, l'intraveineuse protocolaire (qui peut avoir des effets sur la respiration du nouveau-né, ainsi que des AVC).

7- Donner naissance librement, laisser la gravité opérer.
Les positions proches de la station debout pendant le travail ont bien des avantages, dont un meilleur échange maman-bébé (car il n'y a aucune compression due au poids du bébé sur les principales veines de la mère allongée), un meilleur alignement pour que le bébé passe, des contractions plus fortes, des ouvertures du bassin plus importantes.

Les antidouleurs : il est conseillé de les éviter quand cela est possible.
Les tranquillisants traversent le placenta et ne réduisent pas la douleur.
Les narcotiques ne réduisent pas la douleur de façon significative, et peuvent provoquer des nausées.
Les médicaments contre la nausée peuvent causer des vertiges.
La péridurale peut faire chuter la tension artérielle, causer une poussée de fièvre (impossible à différencier d'une infection intra-utérine), ce qui peut amener à un suivi très rapproché. Elle peut aussi causer des maux de tête, des démangeaisons, un ralentissement de la dilatation, de la descente du bébé, et entraîne plus de césariennes et d'extractions instrumentales. L'endroit où la péridurale a été faite peut s'infecter, il peut y avoir des difficultés respiratoires chez le bébé, des difficultés pour démarrer l'allaitement, et des cas très rares de paralysie (1/5000).
L'anesthésie générale peut causer des difficultés respiratoires chez le bébé.
La rachianesthésie a les mêmes effets indésirables que la péridurale.

Maximiser ses chances d'avoir un travail et une naissance en structure hospitalière non-médicalisés
-Embaucher une doula, qui s'assurera que la femme en travail bénéficie de toute l'attention dont elle a besoin.
-une chemise de nuit confortable
-Pouvoir boire et uriner
-L'hydrothérapie : boire de l'eau, prendre des douches chaudes, un bain...
-La naissance est une expérience sexuelle : utiliser la stimulation mammaire, en faire un moment sensuel, voire sexy.
-Favoriser l'intimité : pouvoir baisser la lumière, limiter les interruptions.
-Explorer le toucher, via des massages, ou même des mouvements plus ciblés, comme masser vigoureusement les cuisses ou les fesses.
-Laisser sortir le primate qui est en nous : les primates ne réfléchissent pas à la technologie au moment d'avoir leurs petits, ne sont pas obsédés par le fait que leur corps est incapable de donner la vie, ne vont pas rejeter la faute de ce qu'il se passe sur quelqu'un d'autre, ne vont pas faire des maths et spéculer sur l'évolution de la dilatation, et sur le temps que durera le travail, prendront la position qui les soulage, n'auront pas d'appréhension à faire des bruits, péter ou roter durant le travail.
-Apprendre à aimer ce primate qui est en nous : la femme peut s'identifier à un gros mammifère de son choix quand elle est en travail.
-Le bébé reste coincé pendant la poussée : le modèle médical utilise l'extraction instrumentale. Le modèle des sage-femmes utilise la technique de la "presse pelvienne", qui consiste à comprimer la partie haute des hanches de part et d'autre durant la poussée, ce qui rapproche les os du haut l'un de l'autre, éloignant les os du bas les uns des autres, libérant ainsi la tête. Cette technique peut également être utilisée pour les présentations inhabituelles, alors que le modèle médical répondra à cette problématique par une césarienne (comme une présentation par le front, notamment). Cette technique n'abîme pas le périnée.

8 - Les Pouvoirs oubliés du Vagin - épisiotomie
Le meilleur moyen pour que le vagin s'ouvre sans déchirure est que les muqueuses soient gorgées de sang, un peu comme avant un rapport sexuel (ce qui desserre le vagin). Il est important d'être certaine que la nature nous a faites de la bonne manière.

L'épisiotomie : nécessité?
Elle est justifiée quand le bébé sur le point de naître est en souffrance, ou quand un petit garçon en siège se présente les testicules en premier.
"Une revue soigneusement menée prouve qu'un taux d'épisiotomies au-delà de 20% n'est aucunement justifiable", p.225.
Comment l'éviter? En choisissant bien l'équipe. En privilégiant ceux qui pratiquent les épisiotomies médianes (directement vers l'anus) aux épisiotomies médiolatérales (en biais), bien plus douloureuses.
Quand vient le besoin de pousser, poussez (et pas avant). Quand la tête du bébé est sur le point de naître, ralentir la poussée autant que possible. Cela peut aider de stimuler le clitoris, afin de créer cet afflux sanguin. Faire des sons graves. Dans le cas d'un premier bébé, la tête avance durant la poussée puis recule. Ceci est tout à fait normal, la vulve s'étire petit à petit pour atteindre la taille nécessaire à la naissance.

9- La troisième étape du travail.

Le clampage du cordon.
Le clampage précoce induit plus de cas de placentas qui tardent à venir, plus d'hémorragies post-partum, des détresses respiratoires chez les bébés.
Le fait de clamper le cordon plus tard permet un volume sanguin plus important chez le bébé.

La délivrance.
Le modèle médical utilise de possibles massages de l'utérus, l'ocytocine. Parfois, le smédecins souhaitent accélérer la délivrance en tirant sur le cordon, augmentant l'hémorragie.
Le modèle des sage-femmes laisse la mère et le bébé tomber amoureux. Les positions verticales peuvent faciliter l'expulsion, ainsi que la stimulation mammaire. Là où le modèle médical répond à l'hémorragie par l'ocytocine, les sage-femmes utilisent les plantes. Le pourcentage d'hémorragies est moindre dans les accouchements à domicile.

Garder son prix.
Il est possible de retarder certaines procédures pour maintenir le bébé auprès de sa mère. Le meilleur moyen pour qu'il reste au chaud est de l'avoir dans les bras; le colostrum est riche en vitamine K. Il est également possible de retarder le traitement au niveau des yeux.

Eviter la dépression post-partum.
Elle est souvent causée par la solitude et l'épuisement. Essayer d'avoir de l'aide pour les repas, dormie en même temps que le bébé, ne pas obéir aux membres de la famille qui insistent pour rendre visite, sont des moyens qui peuvent aider, ainsi que le recours à une doula.

10 - Les repères du métier de sage-femme
Quelques exemples et grandes références qui ont marqué l'histoire de ce métier, notamment une sage-femme qui savait s'occuper des naissances avec placenta praevia au 17ème siècle, avec 10 cas de placenta praevia totalement recouvrants, dont seulement 2 décès.

11 - Ce à quoi on s'attend le moins
Tout d'abord, les taux de mortalité maternelle ne baissent pas aux Etats-Unis depuis 1982. L'évaluation des décès maternels est un élément obscur aux Etats-Unis, et Ina May Gaskin souligne le manque de transparence des éléments.

Les risques liés aux nouvelles technologies et aux Modes Obstétricales :
-Cytotec : en général, l'embolie amniotique est plus susceptible d'arriver lorsque l'utérus est stimulé artificiellement pour générer des contractions, que ce soit par Pitocine ou par prostaglandines. Des décès maternels sont également associés au Cytotec, dont 5 d'embolie amniotique.
Une étude montre également des risques de rupture utérine multipliés par 28 en cas d'induction au Cytotec.
-Embolie pulmonaire : il y a eu une augmentation des cas aux Etats-Unis dans les dernières années. Ina May Gaskin pense qu'ili y a un lien de cause à effet entre cette pathologie et le déclenchement artificiel du travail.
-La césarienne par choix : augmente les cas d'hémorragies nécessitant une transfusion, les cas d'hysterectomies pour cause d'hémorragie incontrôlable, l'incision accidentelle des intestins, l'incision accidentelle d'une artère utérine, l'incision accidentelle de la vessie, des infections du postpartum, une dégradation de la cicatrice, des douleurs ou insensibilités sur la cicatrice, des douleurs dorsale à l'endroit de l'anesthésie, plus d'embolies plmonaires, des accidents d'anesthésie... Lors d'une césarienne élective : les risques pour la femme de "décéder de la procédure en elle-même sont 3 fois plus élevés que lors d'une naissance sans chirurgie", p.289. Les risques pour le bébé : une lacération accidentelle (2% de la totalité des césariennes, 6% des sièges), la détresse respiratoire (qui est une cause de mortalité néonatale) est "réduite si la femme peut entrer en travail avant la césarienne" p.289, une prématurité accidentelle.

12 - L'AVAC

"Plus une femme a de césariennes, plus les risques pour elle augmentent", p.295.
Le risque de rupture utérine avec une précédente incision segmentaire est estimé à 0.5%.

-Les changements dans les politiques d'AVAC.
Certaines femmes aux Etats-Unis se sont interrogées sur les protocoles, dans els années 70. Elles ont tenté l'AVAC, et ont écrit à ce sujet (cf. The Silent Knife, par Wainer Cohen). Il en résulte des études stipulant que l'AVAC est plus sûr pour les mères, et ne présente pas plus de risques pour les bébés. Presque 80% des femmes ayant tenté l'avac ont pu donner naissance par voie basse.
L'American College of Obstetricians and Gynecologists (ACOG) encourageait, en 1995, l'AVA2C ou l'AVA3C, encourageait les femmes portant de gros bébés à essayer, précisant que l'AVAC ne devrait pas être la prérogative uniquement des gros hôpitaux. Bruce Flamm, médecin, écrit sur l'AVAC depuis plusieurs décennies désormais.
Suite à des pressions de gynécologues, qui ont eu peur de possibles suites médico-légales, à partir de 1998-1999, l'ACOG a commencé à recommander des césariennes.

-L'AVAC dans The Farm
98% de naissances par voie basse.
2 femmes ont du être transportées à l'hôpital pour une suspection de déhiscence, les bébés sont nés par césarienne sans avoir à déplorer une rupture utérine. Ce qui explique les bons résultats en termes de santé des bébés est que leur réactivité (pour décider d'une césarienne) est bien plus accrue qu'en structure hospitalière.
Les cas qui ne sont pas acceptés dans The Farm : quand le placenta recouvre la cicatrice utérine, les antécédents de 3 césariennes ou plus, les précédentes incisions "classiques".
Un médecin à Chicago pratique l'AVAC depuis 27 ans, il a mené plus de 1000 AVAC, avec un taux de voie basse de 90%.

-Maximisez vos chances pour l'AVAC
choisissez une équipe avec un taux de succès d'au moins 70%
évitez le déclenchement ou l'accélération du travail
Refusez l'intraveineuse de routine
Nourrissez-vous bien avant d'aller à l'hôpital
Limitez le touchers vaginaux au maximum
Tentez de résister à la péridurale
Gardez à l'esprit que l'énergie positive peut produire de bons résultats, alors foncez!

13 - Choisir son équipe
Les sage-femmes travaillent avec chaque famille, pour identifier leurs besoins physiques, sociaux et émotionnels. Elles sont formées pour détecter le faible pourcentage de naissances pour lesqueloles les complications se développent, et pour orienter vers les obstétriciens.
Les obstétriciens sont des spécialistes pour détecter et traiter la pathologie lors de la grossesse, parfois ils peuvent assister au travail et à l'expulsion.

-Un entretien pour chaque interlocuteur : le listing des questions importantes à poser à une sage-femme libérale, à une sage-femme hospitalière, et à un obstétricien ou médecin traitant.

14 - Vision du métier de sage-femme et perspectives pour les femmes dans le 21ème siècle
Un tour des autres types de pratiques, une ouverture sur le monde...

Quelques chiffres statistiques de The Farm, sur 2028 naissances entre 1970 et 2000 :
Naissances à domicile : 95.1%
Transferts : 4.9%
Transferts en urgence : 1.3%
Césariennes : 1.4% (dont 61% de primipares)
Extraction aux forceps : 0.5%
Extractions à la ventouse : 0.05%
Accouchements vaginaux après césarienne : 5.4% => 108 ont tenté l'AVAC, 106 ont eu une naissance vaginale.

Cette dernière ligne est pour moi une belle fin, je m'arrête donc là. Si vous voulez des précisions sur un passage, ou des photos ou illustrations (je pense notamment à des positions, à la presse pelvienne), n'hésitez pas!
J'espère que ce résumé a su transmettre un échantillon de l'intérêt de ce livre.
Céline,
Une césarienne programmée pour siège le 30/09/2009 : viewtopic.php?f=4&t=799
Un avac en préparation pour juin 2013 : viewtopic.php?f=7&t=1123
Misscell
Modératrice
 
Messages: 2237
Inscrit le: 14 Juin 2011, 20:36

Re: Livre "Le Guide de l'accouchement Naturel", Ina May Gask

Messagepar JeannieDee » 12 Juin 2012, 16:39

MERCI!

P.S.: ce livre devrait être distribué partout et gratuitement à toutes les futures mamans! Je sens que je vais en acheter une dizaine et en faire cadeau à chaque fois qu'une de mes copines tombe enceinte! LOL
Deena, maman d'Erwan né le 12/06/2010 par césarienne en urgence à 39 SA (pré éclampsie + sortie de bassin limité) et de Nola, née le 03/10/2011 par voie basse (induction à DPA + 6j)
JeannieDee
AVAChanceuse
 
Messages: 35
Inscrit le: 15 Avr 2012, 16:32
Localisation: Namur

Re: Livre "Le Guide de l'accouchement Naturel", Ina May Gask

Messagepar Misscell » 12 Juin 2012, 16:40

Je confirme j'ai vraiment beaucoup aimé.
Si seulement je l'avais lu avant mon fils...
Céline,
Une césarienne programmée pour siège le 30/09/2009 : viewtopic.php?f=4&t=799
Un avac en préparation pour juin 2013 : viewtopic.php?f=7&t=1123
Misscell
Modératrice
 
Messages: 2237
Inscrit le: 14 Juin 2011, 20:36

Re: Livre "Le Guide de l'accouchement Naturel", Ina May Gask

Messagepar poco » 12 Juin 2012, 20:15

Super résumé!!!
J'aime beaucoup le bouquin aussi et j'en suis justement là où tu t'es arrêtée ;)
Parvati, maman de 2 pt'its bouts qui devaient naître à la maison. 2 AADs tranférés: Noé est né le 04/03/09 (41SA+3) par césarienne (récit) et Anjali est née le 30/03/11 (42SA+1) avec un peu d'aide mais par VB (récit)!
poco
Modératrice
 
Messages: 659
Inscrit le: 31 Juil 2009, 13:23

Re: Livre "Le Guide de l'accouchement Naturel", Ina May Gask

Messagepar Misscell » 12 Juin 2012, 21:31

Ca garde le suspense de la suite? La fin est super tu vas voir! :wink:
Céline,
Une césarienne programmée pour siège le 30/09/2009 : viewtopic.php?f=4&t=799
Un avac en préparation pour juin 2013 : viewtopic.php?f=7&t=1123
Misscell
Modératrice
 
Messages: 2237
Inscrit le: 14 Juin 2011, 20:36

Re: Livre "Le Guide de l'accouchement Naturel", Ina May Gask

Messagepar Robine » 12 Juin 2012, 22:59

MERCI !!!
Dis donc (shame on me j'ai pas tout lu :oops: ) le truc de la manoeuvre de la sage-femme de serrer les hanches en haut pour libérer la tête en bas, c'est tellement logique !!! C'est génial ! Et bien sûr, qui utilise ça aujourd'hui ici ??? Personne :roll:
Audrey, maman de 2 zouaves nés par césarienne, active pour le droit des femmes césarisées à vivre un accouchement respecté.
Un 3ème bébé en préparation, pour une belle naissance respectée en juillet 2013
Avatar de l’utilisateur
Robine
Admin
Admin
 
Messages: 1197
Inscrit le: 16 Mars 2009, 00:43

Re: Livre "Le Guide de l'accouchement Naturel", Ina May Gask

Messagepar poco » 12 Juin 2012, 23:01

Ben oui, moi aussi ça m'a paru trop logique. Je me suis dit que ça aurait pu marcher pour moi, vu que la puce était bloquée au niveau du détroit moyen, donc plutôt que les spatules, si ça se trouve ça aurait suffit :?:

Ca garde le suspense de la suite? La fin est super tu vas voir!
Ben oui, finalement c'est bien que tout ton texte ait été effacé hier, comme ça je garde la surprise :roll: :mrgreen:
Parvati, maman de 2 pt'its bouts qui devaient naître à la maison. 2 AADs tranférés: Noé est né le 04/03/09 (41SA+3) par césarienne (récit) et Anjali est née le 30/03/11 (42SA+1) avec un peu d'aide mais par VB (récit)!
poco
Modératrice
 
Messages: 659
Inscrit le: 31 Juil 2009, 13:23

Re: Livre "Le Guide de l'accouchement Naturel", Ina May Gask

Messagepar mamalov » 14 Juin 2012, 12:24

Je lis en ce moment "Accoucher par soi-même , Le guide de la naissance sans assistance" de Laura Kaplan Shanley.
J'en suis à peine à la moitié et il en ressort les mêmes éléments... Je ne suis pas aussi douée que Misscell mais j'essayerai de vous faire un petit récap en fin de lecture.
En tout cas je confirme JeannieDee
JeannieDee a écrit:ce livre devrait être distribué partout et gratuitement à toutes les futures mamans!

Ce que ce genre de livre peut faire du bien et nous donner confiance!
Aurélie, maman d'Axel né le 28/02/2010 par césarienne pour non engagement à dilatation complète.
mamalov
AVAChanceuse
 
Messages: 117
Inscrit le: 20 Mars 2012, 18:19
Localisation: Yvelines

Re: Livre "Le Guide de l'accouchement Naturel", Ina May Gask

Messagepar Misscell » 14 Juin 2012, 12:27

Ah il m'intéresse aussi celui-ci! Il a l'air très bien...
Céline,
Une césarienne programmée pour siège le 30/09/2009 : viewtopic.php?f=4&t=799
Un avac en préparation pour juin 2013 : viewtopic.php?f=7&t=1123
Misscell
Modératrice
 
Messages: 2237
Inscrit le: 14 Juin 2011, 20:36

Re: Livre "Le Guide de l'accouchement Naturel", Ina May Gask

Messagepar Al » 15 Juin 2012, 15:19

ah ben le truc du bébé yoyo,ça m'a fait ça pour Flora j'étais desesperée
en faite c'etait juste physiologique :evil:
merci au gyne qui a tire comme eun malade avec la ventouse,grosse déchirure pour rien
grrrrrrrrrrrrrr!
comme quoi etre super au point sur l'accouchement physio c'est vraiment capitale
le bouquin à l'air sympa
et celui accouché sans assistance doit etre top,il faut que je le conseil à ma cops qui accouche en aout
merci les filles pour ces lectures
Christine 31ans maman d'Axel né le 27 juin 2006 par Césa abusive (bassin étroit,DG ) ,de Flora avac le 18 juillet 2009 (avec ventouse également abusive) et de Bastien 15décembre 2010 ANA sans abus!
Al
Modératrice
 
Messages: 767
Inscrit le: 13 Mai 2010, 22:12
Localisation: 73

Re: Livre "Le Guide de l'accouchement Naturel", Ina May Gask

Messagepar Misscell » 15 Juin 2012, 15:31

Oui, je compte bien le lire. Je pense qu'il peut être très utile, même pour celles qui ne prévoient pas forcément d'accoucher sans assistance. Car dans l'anonymat et la solitude d'une mater, ou avec une sage-femme qui tarde à venir, tout ça. Les moments de doute, aussi... Et puis c'est quand même nous qui accouchons, même si on est bien "assistées" (là ce terme prend une ampleur qui me met des " :?: :?: :?: " dans le cerveau, tiens).
Céline,
Une césarienne programmée pour siège le 30/09/2009 : viewtopic.php?f=4&t=799
Un avac en préparation pour juin 2013 : viewtopic.php?f=7&t=1123
Misscell
Modératrice
 
Messages: 2237
Inscrit le: 14 Juin 2011, 20:36

Re: Livre "Le Guide de l'accouchement Naturel", Ina May Gask

Messagepar poco » 15 Juin 2012, 20:23

Je pense aussi que ce genre de livre est utile quoiqu'il arrive même si on prévoit d'accoucher en structure.

Et sinon pour revenir au livre d'Ina May Gaskin, ça y est je l'ai fini (enfin, j'ai pas encore lu tous les récits mais j'ai fini la partie 2). J'ai trouvé très intéressant le chapitre où elle parle d'autres SF/gynéco/maternité ayant eu des résultats similaires aux siens quant aux stats de césa/forceps etc...

Par contre, c'est vrai que ça remue un peu. C'est dur quelque part de lire de tels chiffres (entre 1 et 2% de césa!!!). Je sais que pour ma part, je me suis très longtemps posée la question de la nécessité de ma césa. Finalement, je pense qu'au point où j'en étais elle était peut-être pas inévitable (je ne serais jamais sûre :roll: ) mais du moins pas totalement injustifiée. Mais j'ai toujours gardé ce doute, cette question en suspens de savoir si j'avais été accompagnée différemment (AAD prévu certes, mais je suis un peu mitigée sur l'accompagnement de ma 1ère SF), est-ce que les choses n'auraient pas pu être différentes? En particulier quand j'ai rencontré ma 2ème SF... Bref, ça m'a un peu renvoyé ce sentiment en pleine figure avec un petit pincement au coeur :?

Et en même temps c'est un super message d'espoir, parce que ça veut dire que les situations où une maman ne peut réellement pas donner naissance à son enfant sans aide médicale sont extrêmement rares malgré les bassins limites, gros bébés, dépassement de terme, travail long et autres causes de doute et de stress collées aux mamans en parcours d'AVAC (ou pas d'ailleurs). Le tout étant, et là, je suis bien consciente que ce n'est pas le plus simple, de trouver la bonne personne pour nous accompagner.
Parvati, maman de 2 pt'its bouts qui devaient naître à la maison. 2 AADs tranférés: Noé est né le 04/03/09 (41SA+3) par césarienne (récit) et Anjali est née le 30/03/11 (42SA+1) avec un peu d'aide mais par VB (récit)!
poco
Modératrice
 
Messages: 659
Inscrit le: 31 Juil 2009, 13:23

Re: Livre "Le Guide de l'accouchement Naturel", Ina May Gask

Messagepar Misscell » 18 Juin 2012, 14:35

Je te conseille de lire aussi la partie récits d'accouchement, dans la version anglaise il y a la photo d'un bébé prêt à naître... Par la face! C'est très impressionnant, et on entend partout que jamais au grand jamais l'enfant ne pourra s'engager.
J'adore aussi cette logique d'ouverture du bassin, et sa méthode pour remédier à la dystocie : 4 pattes, ça semble si simple!
Céline,
Une césarienne programmée pour siège le 30/09/2009 : viewtopic.php?f=4&t=799
Un avac en préparation pour juin 2013 : viewtopic.php?f=7&t=1123
Misscell
Modératrice
 
Messages: 2237
Inscrit le: 14 Juin 2011, 20:36

Re: Livre "Le Guide de l'accouchement Naturel", Ina May Gask

Messagepar Leane69 » 20 Juin 2012, 15:30

Je l'ai commandé en fin de semaine derniere, je l'ai recu lundi et j'ai devoré les récits!!
La suite est pour maintenant!!!
Leane69
AVAChanceuse
 
Messages: 55
Inscrit le: 09 Juin 2012, 14:36

Re: Livre "Le Guide de l'accouchement Naturel", Ina May Gask

Messagepar Misscell » 20 Juin 2012, 15:35

Super!
Tu nous diras ce que tu en as pensé?
Céline,
Une césarienne programmée pour siège le 30/09/2009 : viewtopic.php?f=4&t=799
Un avac en préparation pour juin 2013 : viewtopic.php?f=7&t=1123
Misscell
Modératrice
 
Messages: 2237
Inscrit le: 14 Juin 2011, 20:36

Suivant

Retour vers Infos, articles, documentation

Qui est en ligne ?

Utilisateur(s) parcourant actuellement ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 1 invité